Tous les Articles

Derniers Articles

  Ma contribution au débat sur le bilan de mi-mandat de gestion municipale de Deuil La Barre, pour sortir de la schizoprhrénie ambiante qui plombe la ville.

Lire la suite


  A mi-mandat de la gestion municipale de Deuil La Barre, ma lettre ouverte à Muriel Scolan

Madame le Maire,

Quel est le Bilan à mi-mandat de votre élection?

L'essentiel du débat lors des élections municipales avait porté sur le redressement de notre ville et l'assainissement de nos finances pour arrêter cette spirale d'endettement et de hausse des impôts.

Vous en aviez d'ailleurs fait la trame de votre programme et, plus encore, la promesse faite à vos électeurs de faire baisser les impôts.

Vous disiez dans votre tract:
"Les contribuables deuillois paient beaucoup trop d'impôts, les élus locaux doivent faire preuve d'audace sur ce point en marquant un coup d'arrêt …"

Quel est, donc, la consistance de votre bilan à mi-mandat ?

Une dette qui a explosé, passant de 24 Millions d'Euros en 2014 à 39 Millions d'Euros, aggravée par la mise en place d'une séquence de hausses d'impôts, alors que vous reconnaissiez, vous-même, leur niveau excessif.

Malgré cela, vous décidez, en totale contradiction avec vos engagements et vos promesses de campagne, d'engager un programme de nouvelles hausses d'impôts : 5% de hausse pour 2017 et 5% pour 2018, derrière la hausse faramineuse de 30% du Conseil Départemental dont vous faites partie.

C'est donc une véritable trahison que vous portez à ceux qui ont cru que vous incarniez l'espérance de redressement dont notre ville avait besoin.

Lire la suite

 

  Deuil La Barre, Résolution du dossier des emprunts toxiques ou comment les Deuillois se font dépouiller.

Ce simulacre de résolution de sortie des emprunts toxiques est tout simplement une opération de dépouillement des Deuillois.

Depuis sa prise de fonction Muriel Scolan prône une dissimulation absolue des informations sur ce dossier et pour cause, il s'agit pour elle de diluer sa responsabilité et ne pas révèler aux Deuillois, qu'ils auront à payer 8 Millions € en pure perte.

Ces emprunts ont ruiné la Ville mais ruinent surtout les Deuillois qui auront à supporter une perte financière d'une ampleur considérable.

Muriel SCOLAN indique qu'il fallait en sortir.

Fallait-il en sortir ?

A cette question il convient d'abord de préciser qu'une saine et bonne gestion de la Ville eut été de ne pas les souscrire, et encore moins les voter, surtout lorsque la formule de ces emprunts annonçait clairement qu'il s'agissait d'un jeu irresponsable de spéculation financière.

Lire la suite


  Deuil La Barre, Situation financière et débat d'orientation budgétaire 2015.

Je connaissais la situation de notre ville, je savais qu'elle n'était pas brillante pour l'avoir analysée depuis plusieurs années. Elle méritait d'être mieux gérée avec une compétence particulière, à la hauteur des difficultés auxquelles nous sommes confrontés, malheureusement la maîtrise de la matière financière ne s'improvise pas, et il ne manque...

Lire la suite


  Sinistre été à Deuil La Barre.

Notre ville vient de subir un véritable séisme durant le mois d’août, pour la première fois, le nombre de maisons cambriolées est impressionnant et ces cambriolages se sont déroulés durant plusieurs jours...

Lire la suite


   Deuil-La Barre, Les carrières politiques, les ambitions personnelles, les calculs pour le pouvoir, ça suffit !

Ces élections municipales révèlent de singulières ambitions personnelles néfastes au destin de notre ville.

Depuis quelques semaines nous assistons aux manœuvres d'une liste qui n'a comme seul objectif essentiel, non pas les intérêts des Deuillois, mais les intérêts d'une candidate qui construit un projet politique personnel sur le dos des Deuillois...

Lire la suite



SE REAPPROPRIER LA MAITRISE DE NOTRE URBANISATION

Date de publication : 26.01.2013

Longtemps notre ville avait conservé une âme de ville provinciale, essentiellement pavillonnaire ; le slogan de la ville " Une ville dans son jardin " collait bien, puis tout à coup, nous avons vu ces dernières années des immeubles surgir un peu partout, édifiés dans l'urgence, modélisant notre ville en cité dortoir.

Cédant aux appétits financiers et à la fièvre des promoteurs immobiliers, notre ville s'est retrouvée défigurée par une urbanisation dépourvue de toute maîtrise ambitieuse.

En matière d'urbanisation, le caractère irréversible des erreurs commises ne permet malheureusement plus de revenir en arrière.

Plus grave encore, les disponibilités foncières de la commune sont irrémédiablement gâchées.

Le modèle d'urbanisme qui nous est imposé sans confrontation d'idées pour évaluer des projets alternatifs n'a pas manqué d'être évoqué dans les réunions de quartier.

Deux exemples pour illustrer ces propos :

- Le quartier de la gare La Barre Ormesson.

- L'ancien terrain des Charcuteries GILLET.

LE QUARTIER DE LA GARE LA BARRE ORMESSON.

Ce quartier disposait jadis d'un parking, infrastructure oh combien indispensable aux côtés d'une gare.

L'offre de stationnement contribuait à favoriser l'utilisation des transports en commun en assurant aux habitants éloignés de la gare, une capacité de stationnement.

Ce quartier a été lamentablement aménagé, le parking a été détruit pour laisser la place à des immeubles qui ont enclavé la gare sous une architecture totalement étouffante.

C'est toujours la même vision empirique de la ville, priorité à la croissance des logements.

Où est la cohérence de l'aménagement de ce quartier ?

Où est la créativité architecturale et quelle valorisation nous a-t-on apporté pour ce quartier ?

Alors qu'il aurait fallu offrir à la ville, un espace public généreux, dégagé et ouvert sur la gare, dimensionné et projeté sur un parvis conçu en un véritable lieu de vie pour les uns et permettant le déplacement des autres.

Nous aurions pu croire à une prise de conscience de ce raté, mais non il a fallu construire un autre immeuble en face et finir d'asphyxier cette entrée de gare.

L'ANCIEN TERRAIN DES CHARCUTERIES GILLET.

Un réserve foncière d'importance en plein centre qui permettait de dessiner un véritable Cœur de ville et combler le manque cruel de commerces de proximité.

Là aussi, la force exercée par les acteurs de la spéculation immobilière a eu raison sur les autres projets qu'il fallait concevoir au bénéfice des Deuillois.

Ce qui nous paraissait plus judicieux aurait été de construire un véritable centre commercial sur plusieurs niveaux, doté d'un parking souterrain, permettant l'implantation de boutiques de renom.

Ce projet aurait eu plusieurs vertus, il aurait contribué à valoriser l'image de marque de la ville tout en faisant venir toute une population des communes voisines, ce qui d'un point de vue économique et sur le plan de l'emploi aurait été bien plus profitable que les réalisations actuelles.

Josué MREJEN