Tous les Articles

Derniers Articles

  Ma contribution au débat sur le bilan de mi-mandat de gestion municipale de Deuil La Barre, pour sortir de la schizoprhrénie ambiante qui plombe la ville.

Lire la suite


  A mi-mandat de la gestion municipale de Deuil La Barre, ma lettre ouverte à Muriel Scolan

Madame le Maire,

Quel est le Bilan à mi-mandat de votre élection?

L'essentiel du débat lors des élections municipales avait porté sur le redressement de notre ville et l'assainissement de nos finances pour arrêter cette spirale d'endettement et de hausse des impôts.

Vous en aviez d'ailleurs fait la trame de votre programme et, plus encore, la promesse faite à vos électeurs de faire baisser les impôts.

Vous disiez dans votre tract:
"Les contribuables deuillois paient beaucoup trop d'impôts, les élus locaux doivent faire preuve d'audace sur ce point en marquant un coup d'arrêt …"

Quel est, donc, la consistance de votre bilan à mi-mandat ?

Une dette qui a explosé, passant de 24 Millions d'Euros en 2014 à 39 Millions d'Euros, aggravée par la mise en place d'une séquence de hausses d'impôts, alors que vous reconnaissiez, vous-même, leur niveau excessif.

Malgré cela, vous décidez, en totale contradiction avec vos engagements et vos promesses de campagne, d'engager un programme de nouvelles hausses d'impôts : 5% de hausse pour 2017 et 5% pour 2018, derrière la hausse faramineuse de 30% du Conseil Départemental dont vous faites partie.

C'est donc une véritable trahison que vous portez à ceux qui ont cru que vous incarniez l'espérance de redressement dont notre ville avait besoin.

Lire la suite

 

  Deuil La Barre, Résolution du dossier des emprunts toxiques ou comment les Deuillois se font dépouiller.

Ce simulacre de résolution de sortie des emprunts toxiques est tout simplement une opération de dépouillement des Deuillois.

Depuis sa prise de fonction Muriel Scolan prône une dissimulation absolue des informations sur ce dossier et pour cause, il s'agit pour elle de diluer sa responsabilité et ne pas révèler aux Deuillois, qu'ils auront à payer 8 Millions € en pure perte.

Ces emprunts ont ruiné la Ville mais ruinent surtout les Deuillois qui auront à supporter une perte financière d'une ampleur considérable.

Muriel SCOLAN indique qu'il fallait en sortir.

Fallait-il en sortir ?

A cette question il convient d'abord de préciser qu'une saine et bonne gestion de la Ville eut été de ne pas les souscrire, et encore moins les voter, surtout lorsque la formule de ces emprunts annonçait clairement qu'il s'agissait d'un jeu irresponsable de spéculation financière.

Lire la suite


  Deuil La Barre, Situation financière et débat d'orientation budgétaire 2015.

Je connaissais la situation de notre ville, je savais qu'elle n'était pas brillante pour l'avoir analysée depuis plusieurs années. Elle méritait d'être mieux gérée avec une compétence particulière, à la hauteur des difficultés auxquelles nous sommes confrontés, malheureusement la maîtrise de la matière financière ne s'improvise pas, et il ne manque...

Lire la suite


  Sinistre été à Deuil La Barre.

Notre ville vient de subir un véritable séisme durant le mois d’août, pour la première fois, le nombre de maisons cambriolées est impressionnant et ces cambriolages se sont déroulés durant plusieurs jours...

Lire la suite


   Deuil-La Barre, Les carrières politiques, les ambitions personnelles, les calculs pour le pouvoir, ça suffit !

Ces élections municipales révèlent de singulières ambitions personnelles néfastes au destin de notre ville.

Depuis quelques semaines nous assistons aux manœuvres d'une liste qui n'a comme seul objectif essentiel, non pas les intérêts des Deuillois, mais les intérêts d'une candidate qui construit un projet politique personnel sur le dos des Deuillois...

Lire la suite



LES RAISONS DU DECLIN DE DEUIL-LA BARRE

Une vision stratégique de développement urbain est fondée d'une part, sur l'équilibre social, et d'autre part sur le développment de l'activité économique de l'aménagement du territoire, lui-même soutenu principalement par la vitalité économique de la Ville.

ETAT DES LIEUX DU DEVELOPPEMENT SUR NOTRE VILLE.

Que constatons-nous aujourd'hui, après tant d'années de gestion municipale d'une même équipe en place.

Notre ville est abîmée, déprimée, plongée dans une agonie qui nous interpelle.

Ce que démontre les théories urbaines, c'est qu'une Ville ne peut disposer de ressources financières suffisantes, sans une conception parallèle de l'habitat et de son périmètre économique.

Dans toute commune, l'évolution de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire témoigne systématiquement de la vivacité de la Ville.

Stimuler et développer l'activité commerciale apparait dès lors indispsensable pour dynamiser la Ville et lui assurer l'existence d'un centre de vie avec des commerces de proximité.

A Deuil-La Barre, l'accélération de notre urbanisation échappe complétement à tout modèle cohérent des théories urbaines. La Ville est totalement décorelée des équilibres économiques indispensables à toute viabilité d'une Commune.

QUELLES EN SONT LES RAISONS.

Depuis une dizaine d'années, les projets économiques structurant les besoins de la Ville, ont été négligés et totalement ignorés.

Le manque de commerces de proximité et d'activité économique sur notre territoire, nous a privé durablement de ressources financières indispensables pour asseoir le développement de notre Commune.

Un des berceaux de la croissance est tiré du processus économique dans l'acquisition des biens de consommation.

Or 60 à 70% des achats quotidiens des Deuillois se déroulent dans les Communes voisines, faute de trouver, au sein de notre Ville, les commerces dont nous avons besoin.

Par voie de conséquence, les responsables de la Ville ont organisé l'exode des consommateurs que nous sommes pour acheter chaque jour nos besoins quotidiens dans les villes voisines.

A partir du moment où ces échanges sont réalisés ailleurs, la profitabilité économique se déroule également ailleurs et échappe totalement au bénéfice de la Ville.

Paradoxalement alors que le niveau de vie, de la population de Deuil-La Barre, est plutôt dans la moyenne ou au dessus de la moyenne, les capacités financières de notre Ville sont celles d'une ville pauvre, endettée.

Il existe deux catégories de modèle de Ville :

* Les villes qui ont compris de bonne heure que les enjeux du développement territorial étaient dans la captation des activités tertiaires, des activités nobles rattachées aux nouvelles sciences et technologies, produisant des richesses profitables aux économies locales, dans le domaine de l'emploi, de collecte de taxes et générant un potentiel fiscal indispensable.

* L'autre catégorie, celle des villes endormies, inconscientes, organisant le déclin en se privant des ressources nécessaires pour conceptualiser l'aménagement de leur territoire, ayant recours comme pour Deuil-La Barre, à des hausses d'impôts à répétition, pour équilibrer le budget.

Les difficultés de nos capacités financières sont la conséquence d'une absence de véritable politique économique locale.

Un diagnostic avait été établi en 2000 dans le cadre du contrat de Ville passé avec l'Etat sur le Secteur de la Vallée de Montmorency. Cette analyse incluait la Ville de Deuil-la Barre, elle révèlait déjà à cette époque les insuffisances et les incohérences de notre situation socio-économique, que je cite :

Le constat,

Un potentiel fiscal peu élevé inférieur à la strate démographique correspondante.

Un tissu économique peu développé....

Cette faiblesse du tissu économique se retrouve également à travers l'analyse de l'indicateur de richesse fiscale tel que la base brute de la taxe professionnelle.

Deuil-la Barre souffre d'une réelle carence dans l'implantation du commerce local. >

source : http://i.ville.gouv.fr/reference/652/contrat-de-ville-du-secteur-centre-deuil-la-barre-ermont-st-gratien-soisy-sous-montmorency

Nous sommes en 2012, soit plus de 12 années, sans qu'aucune prise de conscience, sans qu'aucune disposition n'ait été prise pour corriger ces défaillances, alors que le maire signataire de cette analyse, aurait dû s'inspirer de ces alertes et changer les orientations de gestion de notre Commune.

Ces recommandations sont malheureusement restées lettres mortes confinant notre Ville dans un immobilisme absolu, préjudiciable aux intérêts des Deuillois, et que nous allons devoir gravement assumer par une fiscalité de plus en plus insupportable.

Aujourd'hui, nous sommes confrontés à l'obligation d'un changement d'orientation économique, beaucoup plus difficile compte tenu de la crise économique que nous traversons, alors que les décisions qui s'imposaient, auraient dû être prises ces dernières années.

Voilà le défi qui nous attend à l'occasion des élections municipales en 2014.

Josué MREJEN