Tous les Articles

 


Derniers Articles

  Ma contribution au débat sur le bilan de mi-mandat de gestion municipale de Deuil La Barre, pour sortir de la schizoprhrénie ambiante qui plombe la ville.

Lire la suite


  A mi-mandat de la gestion municipale de Deuil La Barre, ma lettre ouverte à Muriel Scolan

Madame le Maire,

Quel est le Bilan à mi-mandat de votre élection?

L'essentiel du débat lors des élections municipales avait porté sur le redressement de notre ville et l'assainissement de nos finances pour arrêter cette spirale d'endettement et de hausse des impôts.

Vous en aviez d'ailleurs fait la trame de votre programme et, plus encore, la promesse faite à vos électeurs de faire baisser les impôts.

Vous disiez dans votre tract:
"Les contribuables deuillois paient beaucoup trop d'impôts, les élus locaux doivent faire preuve d'audace sur ce point en marquant un coup d'arrêt …"

Quel est, donc, la consistance de votre bilan à mi-mandat ?

Une dette qui a explosé, passant de 24 Millions d'Euros en 2014 à 39 Millions d'Euros, aggravée par la mise en place d'une séquence de hausses d'impôts, alors que vous reconnaissiez, vous-même, leur niveau excessif.

Malgré cela, vous décidez, en totale contradiction avec vos engagements et vos promesses de campagne, d'engager un programme de nouvelles hausses d'impôts : 5% de hausse pour 2017 et 5% pour 2018, derrière la hausse faramineuse de 30% du Conseil Départemental dont vous faites partie.

C'est donc une véritable trahison que vous portez à ceux qui ont cru que vous incarniez l'espérance de redressement dont notre ville avait besoin.

Lire la suite

 

  Deuil La Barre, Résolution du dossier des emprunts toxiques ou comment les Deuillois se font dépouiller.

Ce simulacre de résolution de sortie des emprunts toxiques est tout simplement une opération de dépouillement des Deuillois.

Depuis sa prise de fonction Muriel Scolan prône une dissimulation absolue des informations sur ce dossier et pour cause, il s'agit pour elle de diluer sa responsabilité et ne pas révèler aux Deuillois, qu'ils auront à payer 8 Millions € en pure perte.

Ces emprunts ont ruiné la Ville mais ruinent surtout les Deuillois qui auront à supporter une perte financière d'une ampleur considérable.

Muriel SCOLAN indique qu'il fallait en sortir.

Fallait-il en sortir ?

A cette question il convient d'abord de préciser qu'une saine et bonne gestion de la Ville eut été de ne pas les souscrire, et encore moins les voter, surtout lorsque la formule de ces emprunts annonçait clairement qu'il s'agissait d'un jeu irresponsable de spéculation financière.

Lire la suite


  Deuil La Barre, Situation financière et débat d'orientation budgétaire 2015.

Je connaissais la situation de notre ville, je savais qu'elle n'était pas brillante pour l'avoir analysée depuis plusieurs années. Elle méritait d'être mieux gérée avec une compétence particulière, à la hauteur des difficultés auxquelles nous sommes confrontés, malheureusement la maîtrise de la matière financière ne s'improvise pas, et il ne manque...

Lire la suite


  Sinistre été à Deuil La Barre.

Notre ville vient de subir un véritable séisme durant le mois d’août, pour la première fois, le nombre de maisons cambriolées est impressionnant et ces cambriolages se sont déroulés durant plusieurs jours...

Lire la suite


   Deuil-La Barre, Les carrières politiques, les ambitions personnelles, les calculs pour le pouvoir, ça suffit !

Ces élections municipales révèlent de singulières ambitions personnelles néfastes au destin de notre ville.

Depuis quelques semaines nous assistons aux manœuvres d'une liste qui n'a comme seul objectif essentiel, non pas les intérêts des Deuillois, mais les intérêts d'une candidate qui construit un projet politique personnel sur le dos des Deuillois...

Lire la suite



Sur les Finances de la Ville

 

• Réponse au courriel de Muriel Scolan du 18 avril 2017

Deuil-La Barre, le 15 mai 2017

 

A Mesdames et Messieurs les Conseillers
Municipaux de la Ville de Deuil-La Barre
Hôtel de Ville
36, rue Charles de Gaulle
95170 DEUIL-LA BARRE

 


Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux,

Je tenais à vous faire partager la réponse, ci-jointe, reçue de Muriel SCOLAN suite à ma lettre ouverte du 20 mars 2017.

Vous remarquerez le décalage entre, d'une part la gravité de la situation financière de la ville et d'autre part, le détachement d'une Maire en échec et en difficulté à l'épreuve de son bilan.

Elle disait vouloir continuer à écrire l'histoire de cette ville, mais c'est une histoire peu glorieuse qui s'écrit aujourd'hui sous son impulsion.

Les chiffres des comptes de la Ville expriment sans nul besoin de polémiques, une situation clairement catastrophique, sur laquelle nous partageons un constat consensuel.

Posons-nous la question, comment en sommes-nous arrivés à ce stade ?

Devrons-nous laisser notre ville s'enfoncer dans le processus de faillite totale en restant insensibles aux dures évidences affichées clairement sous nos yeux.

Ce combat n'est pas une bataille partisane, il s'inscrit dans ce qui doit nous animer tous, l'intérêt général de la Ville et des Deuillois, et nous sommes tous au rendez-vous de ce que doit être, dans les graves circonstances actuelles, l'avenir de notre Commune.

Le diagnostic factuel de l'état de notre ville et la nécessité de poser ce débat sur la table ne doivent pas être tabou.

Vous êtes les élus de la Ville, artisans de son destin, comptables envers ceux qui ont placé leur confiance en vous, il ne peut donc y avoir de dissimulation des vérités.

C'est pourquoi, je réitère mon appel au sens de votre engagement en vous invitant à prendre la mesure de l'ampleur des problèmes auxquels nous conduisent les politiques stériles menées.

Il y a peu de temps, nous avons échappé à la mise sous tutelle du Préfet et cette menace plane quotidiennement sur notre tête.

Malgré la conjugaison d'une dette abyssale et la hausse des impôts récemment décidée, la situation démontre non seulement que nous n'arriverons pas à assumer nos charges de fonctionnement et d'investissement, mais que le processus de désendettement n'est nullement acquis. Bien au contraire, l'analyse démontre plus encore, qu'un accroissement de notre endettement est inéluctable eu égard, aux besoins de financement de décisions engagées et inappropriées.

A quel niveau jugerez-vous cet endettement insupportable et inacceptable ?

J'ai indiqué dans mon courrier du 20 mars dernier, un exemple de gaspillage de plus
d'1 Million d'Euros. Il est révélateur des dérives intolérables supportées par les Deuillois.

L'administration d'une ville n'est pas un laboratoire d'expériences hasardeuses avec le gaspillage de l'argent des contribuables.

Les difficultés que ne cesse d'évoquer la Ville dans sa communication pour tenter de justifier cette situation étaient bien évidement connues avant l'élection du Maire, elles ont
été maintes et maintes fois rappelées dans les débats de 2014.

Leur aggravation n'est donc pas une fatalité et Il y a indéniablement de graves défaillances dans l'administration de notre Ville que chaque acteur devra aujourd'hui regarder en face.

Trois années ont été perdues en pure simulacre d'une communication maquillée et dissimulation des réalités financières de la Ville.

Trois années qui auraient du permettre à notre Ville d'avoir une meilleure physionomie, si les bonnes orientations avaient été décidées dès 2014. Il vous revient aujourd'hui d'analyser objectivement ce bilan et d'en tirer les conséquences pour le bien de la Ville et de ses citoyens.

Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les Conseillers en mes sincères salutations.

Josué MREJEN


 

• Courriel de Muriel Scolan en réponse à ma lettre ouverte du 20 mars 2017


 

•Deuil La Barre, Résolution du dossier des emprunts toxiques ou comment les Deuillois se font dépouiller.(publié le :29.03.2016)

 

Ce simulacre de résolution de sortie des emprunts toxiques est tout simplement une opération de dépouillement des Deuillois.

Depuis sa prise de fonction Muriel Scolan prône une dissimulation absolue des informations sur ce dossier et pour cause, il s'agit pour elle de diluer sa responsabilité et ne pas révèler aux Deuillois, qu'ils auront à payer 8 Millions € en pure perte.

Ces emprunts ont ruiné la Ville mais ruinent surtout les Deuillois qui auront à supporter une perte financière d'une ampleur considérable.

Muriel SCOLAN indique qu'il fallait en sortir.

Fallait-il en sortir ?

A cette question il convient d'abord de préciser qu'une saine et bonne gestion de la Ville eut été de ne pas les souscrire, et encore moins les voter, surtout lorsque la formule de ces emprunts annonçait clairement qu'il s'agissait d'un jeu irresponsable de spéculation financière.

Lire la suite


 

•Deuil La Barre, Situation financière et débat d'orientation budgétaire 2015 (publié le : 20.02.2015)

Je connaissais la situation de notre ville, je savais qu'elle n'était pas brillante pour l'avoir analysée depuis plusieurs années. Elle méritait d'être mieux gérée avec une compétence particulière, à la hauteur des difficultés auxquelles nous sommes confrontés, malheureusement la maîtrise de la matière financière ne s'improvise pas, et il ne manque...

Lire la suite


 

•Comment faire sortir notre ville de la Crise. (publié le :11.01.2014)

Vidéo VONEWS de notre réunion publique du 9 janvier 2014

http://www.dailymotion.com/video/x19htoz_meeting-mrejen_new

Le thème de notre première réunion publique tenue le 9 janvier a eu pour but d’apporter un éclairage particulièrement détaillé sur les finances de la ville.

Cette réunion relayée par Vonews et l’Echo Régional, a été l’occasion d’échanger avec les Deuillois notre analyse et nos solutions pour la ville.

Pourquoi faisons-nous des finances une priorité ?

Pour équilibrer nos finances, la décision prise par l’équipe municipale en place pour le budget de 2014 est de vendre une partie du patrimoine immobilier de la ville pour 989000€ (Cf p13 CR conseil Municipal 13-12-2013), sans cette décision la structure du budget 2014 ressortait déficitaire.

Cette décision prouve bien que la situation budgétaire est mal maîtrisée et constitue un obstacle préoccupant.

Une Ville qui attache une importance à la qualité de vie de ses habitants, doit d’abord se donner les moyens d’agir, la capacité de faire, et assumer financièrement les dispositifs de politiques publiques pour améliorer la vie de ses habitants.

Sans moyens financiers viables durablement, Il n'est guère possible de financer les investissements dont nous avons besoin, et les promesses électorales des autres listes ne seront qu'illusoires.


Lire la suite


 

•Deuil-la Barre, débat d'orienation budgétaire, nous avons des raisons d'être très inquiets sur les finances de la ville. (publié le :02.12.2013)

Le débat d’orientation budgétaire examiné le lundi 25 novembre nous renseigne très clairement sur la situation financière de notre ville.

C’est un moment de vérité des données financières de la ville et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous avons des raisons d’être très inquiets.

Deuil-La Barre n’a plus de ressources et ce n’est que par la dette que la Ville finance ses insuffisances financières, sans se préoccuper des Deuillois qui auront à rembourser tous ces emprunts.

- Les Dettes

En juillet 2013, la ville a souscrit un prêt relais (prêt pour une période courte ) de 1 million d’euros supplémentaire en attendant de recevoir des subventions attendues avec retard de différents partenaires financiers.

Nous sommes fin novembre, les notes du débat d’orientation budgétaire nous apprennent que ce prêt n’a toujours pas été remboursé bien qu’une partie des subventions attendues ont été versées à la ville.

Ce prêt d'un million d'Euros constitue une ressource supplémentaire extra budgétaire par rapport au budget voté initialement. Souscrit sous forme de prêt relais au titre d'une facilité de caisse prétendument ponctuelle, pourquoi alors l'avoir souscrit pour une durée de 3 ans et par ailleurs pourquoi ne l'avoir pas remboursé même partiellement lorsque les subventions attendues ont été versées à la ville.

Ce qui est à craindre dans cette spirale, c'est l'incapacité de l'équipe en place à maîtriser avec précision nos besoins financiers et de recourir systématiquement à plus de dette que nous devons obligatoirement rembourser.


Lire la suite


 

•Deuil-La Barre, dettes toxiques, un véritable désastre financier. (publié le :18.04.2013)

Un mensonge de campagne en 2008.

Cela commence déjà par un mensonge de campagne en 2008, lorsque sur le forum de leur site pour les élections municipales, les responsables de la ville, candidats aux élections municipales déclaraient, je cite textuellement.

Le 21/01/2008 à 11 h 43

«.... Quant à la structure de notre dette, elle a été reconvertie depuis deux ans en taux fixe justement pour se prémunir de la hausse des taux variables (qui na pas été jusqu’à aujourd’hui très forte d’ailleurs). Notre encours de dette est sécurisé par une gestion active qui a pour objectif de nous faire bénéficier des meilleures conditions du moment.»

Document en pièce jointe : Forum élections municipales 2008

Aux élections municipales de 2008, les Deuillois sont rassurés, (plutôt abusés) la ville de Deuil-La Barre n’est pas concernée par les emprunts structurés sur des parités monétaires, chers électeurs, vous pouvez voter sur notre bonne foi.

Les deux emprunts structurés (TOFIX DUAL FIXE et TOFIX FIXGBP) ont été contractés par la Ville en 2007.

Mais voilà, ce mensonge ne pouvait être contenu longtemps, parce que la réalité des problèmes rattrape la gestion des finances de la ville, et la brutalité des chiffres s’impose à l’évidence des comptes.

Depuis, leurs explications consistent à nous faire croire, qu’il s’agissait de stratégies bancaires enfermant des produits spéculatifs incompréhensibles.

Lire la suite


 

•La dette toxique de Deuil la Barrre. (publié le :26.01.2013)

Nous sommes tous à nous interroger sur les conséquences de l'emprunt toxique souscrit par la ville en 2007.

Quel est le principe de fonctionnement de cet emprunt ?

TOFIX, nom de l'emprunt en question, est organisé en deux périodes de remboursements.

La première période court jusqu'en août 2013, les remboursements sont calculés sur la base d'un taux fixe de 3,77%. A partir d'août 2013, le taux devient variable en fonction de la parité de change entre l'Euro et le franc Suisse.

Actuellement, le franc Suisse s'échange à hauteur de 1,25 franc Suisse pour un Euro, avec cette parité, le taux de l'emprunt passe de 3,77% à plus de 13%.
Si par bonheur, le franc Suisse s'échangeait à 1,45 franc Suisse pour 1 Euro ou plus, le taux serait de 3,77%, mais avec une parité de 1,44 ce taux passerait à 6,12%. (*)
Envisageons une situation catastrophique, mettant la parité de 1 franc Suisse pur 1 Euro, le taux passe à ... 28,27%.

Comme vous pouvez le constater, il n'existe aucune limite contractuelle à la hausse du taux, c'est pour cette raison que ce type d'emprunt est à juste titre appelé " Emprunts très toxiques ".

Concernant Deuil-La Barre, la ville s'est engagée sur un emprunt d'une durée de 20 ans pour un montant emprunté de 4.295 Millions d'Euros.
Pour mémoire, en 2007 le taux de change moyen du franc Suisse oscillait entre 1,62 et 1,64.

Lire la suite :


 

•Deuil-La Barre, impact économique de la rénovation urbaine sur les finances de la ville. (publié le 16.01.2013)

L'analyse de la hausse démographique développée dans notre dossier "Radiographie de la rénovation urbaine", démontrait que ce programme faisait croître notre population de 3000 habitants environ, soit une hausse démographique particulièrement importante sur notre ville (+13%).

Ce qui est intéressant à étudier c'est la composition sociologique de cette nouvelle population, pour en définir et connaître ses besoins.

L'intérêt de cette démarche consiste à appréhender l'impact économique de cette hausse démographique sur les finances de la ville.

Nous savons que la situation financière de Deuil-La Barre est particulièrement inquiétante et préoccupante, que les recettes provenant des subventions et des dotations de l'Etat sont en baisse, et donc toute nouvelle dépense ne peut être supportée que par de nouvelles hausses d'impôts ou un nouvel endettement, alors que nous sommes déjà lourdement endettés.

Transposons maintenant, à partir du calque sociologique de la population de Deuil-La Barre, ( source INSEE) la composition sociologique de cette nouvelle population.

L'Insee indique la sociologie suivante :

28.7% sont des personnes seules.

24.3% sont en couple sans enfant.

8.8% familles monoparentales.

36.5% sont des couples avec enfants.

A travers cette analyse, il ressort que cette hausse démographique comprendra une population de 497 enfants, (calculée sur une fourchette basse de 1 enfant par famille).

Etudions une autre approche de définition sociologique basée sur les chiffres publiés par la ville.

Lire la suite :


 

•Deuil-la Barre, la gestion de la Ville sous le regard de la Chambre Régionale des Comptes. (publié le :27.10.2012)

Date de publication 27.10.2012

Ce rapport du 24 novembre 2011 pointe du doigt un certain nombre de défaillances dans la gestion municipale de notre ville.

Certes toutes les communes contrôlées par cette institution se voient notifiées un certain nombre d'observations. Il est vrai que la complexité administrative des textes, leur interprétation, le volume considérable des lois et réglementations, peuvent effectivement donner lieu à des constatations plus ou moins graves.

Néanmoins celles soulevées pour notre Ville soulignent plusieurs points préoccupants dans la gestion municipale.

Que dit en substance ce rapport ?

SUR LE PLAN DES FINANCES DE LA VILLE.

- Une insuffisance de notre capacité d'autofinancement inférieure à la moyenne de la strate des Communes à densité de population comparable.

Cela traduit une difficulté supérieure aux autres villes de taille sembable pour réaliser les investissements dont les Deuillois ont besoin.

Notre handicap, nous l'avons déjà signalé, s'explique par les orientations prises par les responsables de la Ville, qui ont négligé les choix d'une véritable politique économique locale adaptée à nos besoins.

Ce rapport cite, en page 13, la structure des ressources de la Commune,

42% sont issues de la fiscalité locale collectée.

33% proviennent des différentes dotations et subventions.

6% de produit exceptionnel.

Que constatons-nous ?

Un tiers de nos ressources (dotations et subventions ) n'ont aucune pérennité et vont au contraire diminuer significativement, parce que l'état a inscrit dans ses projets de loi de finances, une baisse des dotations de l'état aux Communes.

Les ressources de la Ville vont donc baisser, et le problème qui est posé, consiste à trouver les leviers pour compenser ces baisses sans augmenter les impôts des Deuillois, sinon souscrire de nouveaux emprunts, alors que l'endettement de la Ville est déjà particulièrement lourd.

Le rapport indique aussi qu'en matière de taxe d'habitation, la Commune disposait en 2008, de bases d'imposition 1,5 fois plus élevées que la moyenne nationale de la strate.

Lire la suite :